6 conseils pour prolonger la saison de pagaie

Publié le 1 octobre 2021

Quoi de mieux qu’une sortie sur l’eau pour profiter des beaux paysages québécois en pleine transition saisonnière 🍂? Prolonger la saison de pagaie en automne ou la devancer au printemps, c’est aussi profiter de la tranquillité des cours d’eau qui sont moins achalandés qu’en pleine saison estivale. Alors concrètement, qu’est-ce que ça prend pour profiter plus longtemps de la saison sur l’eau ?

Parlons sécurité

Premièrement, parlons sécurité ! Avec les changements de saison viennent les changements météorologiques. Le temps se refroidit et par le fait même, l’eau dans laquelle on navigue est plus froide.🌡 Ce qu’on veut éviter à tout prix, c’est le choc thermique et l’hypothermie en cas de chavirement et donc, d’immersion dans l’eau.

Le choc thermique arrive le plus souvent quand on tombe dans de l’eau froide. Celle-ci met le corps en état de choc ce qui altère le jugement. Les décisions rationnelles, comme sortir de l’eau, sont alors plus difficiles à prendre. Le corps perd de la chaleur, et s’il en perd plus vite qu’il n’en crée, on parle alors d’hypothermie. C’est quand la température corporelle chute trop bas que la situation peut devenir plus inquiétante et qu’il y aura alors danger pour la vie.

1 minute — Choc hypothermique. Une première inspiration profonde et soudaine, suivie d’une hyperventilation qui peut être de 600 % à 1000 % plus rapide que la respiration normale. Tâchez de contrôler le rythme de votre respiration.

10 minutes — Incapacité causée par le froid. Une perte progressive de l’utilisation efficace des doigts, des bras et des jambes. L’incapacité de nager surviendra au cours de ces minutes cruciales. La noyade est probable si l’on ne porte pas de gilet de sauvetage ou de veste de flottaison individuelle.

1 heure — Hypothermie. Même en eau froide, cela peut prendre une heure avant de sombrer dans un état d’inconscience causé par l’hypothermie.
Source :
AdventureSmart

Si l’air est plus froid, l'eau sera aussi plus froide. Il faut donc être vigilant lors de vos sorties dès que les nuits commencent à être plus fraîches. Les conseils suivants vous aideront à être confortable et à prendre plaisir lors de vos activités de plein air sur l’eau au courant de l’automne tout en diminuant les risques associés à la baisse des températures !

Conseil 1 - Vérifier la température de l’eau et la météo

Une règle facile à garder en tête : si la température de l’eau + la température de l’air < 37°c, les risques associés au froid sont réels et il faut se préparer en conséquence. Les risques liés au froid sont une combinaison de facteurs :

  • température de l’eau ;
  • température de l’air ;
  • le vent ;
  • l’humidité ;
  • l’effort physique ;
  • la capacité à se réchauffer.

Le plus important est de trouver une façon de se réchauffer dès que l’on ressent le froid. Par exemple, avoir des vêtements de rechange, accoster pour se mettre à l'abri du vent sur la terre ferme et prévoir un endroit pour se sécher. L’ennemi numéro 1 ? L’humidité.

Conseil 2 - S’habiller adéquatement

C’est le temps de laisser son bikini de côté et de prévoir quelques couches de plus. La règle facile à retenir : toujours prévoir un peu plus de vêtements que pas assez. Il est plus facile d’ajouter une couche qu’on avait prévue que de faire marche arrière une fois sur l’eau parce qu’il ne reste plus rien de chaud à se mettre sur le dos.

Quand on pagaie, on bouge et on génère ainsi de la chaleur. Enlever des couches ou en ajouter doit être facile. Il faut éviter de transpirer et d’avoir des vêtements mouillés, car il est plus difficile de garder sa chaleur par la suite. Nous vous proposons le système multicouche qui peut être ajusté durant l’activité.

La première couche est légère et permet d’évacuer facilement la transpiration. On veut aussi prioriser un vêtement qui sèche rapidement, par exemple, un chandail en microfibre. Dans le fond, le coton, ça sera jamais ton ami. 🙅‍♀️

La deuxième couche est plus épaisse que la première et joue un rôle d’isolation thermique. L’épaisseur de la couche dépend de la température extérieure. Une laine polaire est l’idéal!

La troisième couche est coupe-vent et imperméable. Et encore une fois, l’étanchéabilité dépend de ton type de pratique et de la température extérieure.

La quatrième couche et non la moindre, c’est celle qui assure aussi votre sécurité ! Vous avez deviné, on parle de la veste de flottaison individuelle (VFI).

❗ IMPORTANT, par temps froid, dès que l’on prévoit avoir un contact avec l’eau (embarquement, débarquement, portage, possibilité de tomber à l’eau, etc.) il faut prioriser les vêtements isothermiques comme couche de base, c’est le seul type d’équipement qui reste efficace pour gérer sa chaleur une fois mouillé.

Pour chacune des couches, il est important de prioriser des tissus qui respirent parce qu’on se souvient que l’ennemi numéro 1 dans des températures plus froides c’est…. l’humidité💧. Le corps perd beaucoup de chaleur par les pieds, les mains et la tête. Alors dépendamment des conditions, des bottillons, des gants de néoprène et une tuque ou une cagoule peuvent être nécessaires. Dès qu’on a froid, on s’arrête et on s’équipe différemment.

Conseil 3 - Planifier la sortie

Afin de rejoindre facilement la berge pour se réchauffer si besoin, choisir un itinéraire sécuritaire vous facilitera la tâche. Planifier sa sortie,c’est aussi garder un moyen de communication bien chargé à portée de main. Les téléphones cellulaires se déchargent rapidement lorsqu'ils sont exposés au froid alors il faut les garder au chaud, dans un sac étanche, près de son corps et facilement accessible.

La planification passe aussi par la communication. On veut s’assurer d’avertir au moins une personne de notre départ et de l’heure prévue de notre retour. On ne part jamais seul. Pour une liste plus détaillée des étapes de la planification, vous pouvez consulter cet article réalisé par Canot Kayak Québec.

Conseil 4 - Reconnaître ses compétences

Ce n’est pas le moment d’essayer de nouveaux sports nautiques ou de s’aventurer sur des cours d’eau avec des coefficients de difficulté plus élevés. Ce sont des plans pour accroître le risque de tomber à l’eau (froide🥶). Voici quelques questions formulées par Eau Vive Québec à se poser avant de partir :

  • Est-ce que je suis assez en forme pour mon trajet?
  • Serai-je trop fatigué-e pour revenir?
  • Est-ce que je peux naviguer dans le courant et le vent?
  • Est-ce que mon coup de pagaie est à la hauteur de mes ambitions?
  • Si je tombe à l'eau, est-ce que je nage assez bien pour m'en sortir?
  • Est-ce que mes connaissances en matière de premiers soins sont suffisantes?
  • Si je devais faire un sauvetage ou si je devais remorquer une personne tombée à l’eau, est-ce que je serais en mesure de le faire?
  • Est-ce que mon équipement est adapté à ma sortie?


Les fédérations d’activités de pagaies (Canot-Kayak Québec et Eau Vive Québec) offrent des formations qui comprennent des sections sur les comportements à adopter selon la météo. L’art d’être un bon pagayeur est de ne pas se retrouver au mauvais endroit au mauvais moment.

Conseil 5 - Apporter l’équipement essentiel

Plusieurs listes de vérification sont disponibles pour vous selon l’activité que vous pratiquez :

- Pour le canot

- Pour le kayak de mer

- Pour la planche à pagaie

Conseil 6 - Manger et boire

L’alimentation et l'hydratation sont deux facteurs importants dans les sorties de plein air et ça reste vrai pour les sorties en eaux froides 🌊.

  • Manger fréquemment : — Grignoter régulièrement assurera un approvisionnement constant en énergie.
  • S’hydrater : — Boire beaucoup d’eau. L’air froid tend à être plus sec que l’air chaud et peut déshydrater rapidement la peau. Par conséquent, vous êtes mieux de boire avant de ressentir la soif.

Pour aller plus loin

Petite section pour les fouineux, pour de l’information supplémentaire et une liste de ressources intéressantes sur le sujet!

La morale de l’histoire, c’est que mal équipé, un pagayeur ne devrait pas s’aventurer sur les plans d’eau. Une fois la préparation terminée, c’est le temps d'en profiter 🎉🤸‍♀️.